Brûler des arbres pour produire de l’énergie n’est pas une solution pour enrayer le changement climatique

octobre 14, 2016

Ce briefing décrit comment l'utilisation de bois comme source d’énergie renouvelable peut augmenter les émissions de dioxyde de carbone. Il explique pourquoi l'hypothèse selon laquelle toute l'utilisation de la biomasse pour générer de l'énergie «neutre en carbone» est erronée et comment l’utilisation de biomasse peut réduire la capacité des forêts à agir comme puit de carbone.

Fern recommande à l’UE :

- d’axer ses politiques climatiques et énergétiques sur la réduction de la demande d’énergie, sur l’amélioration de l’efficacité énergétique et sur le développement des énergies renouvelables, telles que l’énergie éolienne, solaire et thermique. Cela permettrait de réduire l’utilisation de la biomasse à des fins énergétiques, permettant ainsi de stocker davantage de carbone dans les forêts et les produits dérivés du bois et de réduire les émissions libérées dans l’atmosphère.

- d’introduire un volume maximum à l’échelle européenne concernant la quantité de bioénergie qui peut être comptabilisée dans les objectifs de l’UE en matière d’énergies renouvelables et de climat pour 2030. Cela limiterait la quantité de biomasse extraite du réservoir de carbone terrestre et éviterait que la demande de bioénergie réduise les puits de carbone

- d’exclure l’utilisation des sources de biomasse fortement susceptibles de générer des émissions importantes, d’entraîner un changement d’affectation des sols indirect ou de déplacer les utilisations existantes. Cela inclurait les cultures des terres agricoles, le bois rond et les souches.

- d’introduire un seuil minimum concernant l’efficacité des systèmes de production d’énergie. Ce seuil devrait exclure la cocombustion de la biomasse dans les centrales au charbon et les installations de valorisation de la biomasse fonctionnant à l’électricité uniquement. Cela orienterait les ressources de biomasse limitées vers les applications énergétiques les plus efficaces.

• de conserver et d’améliorer les réservoirs de carbone forestiers à travers le rétablissement et la régénération des forêts dégradées. Les forêts de l’UE, dont beaucoup sont aujourd’hui en mauvais état, seraient en meilleure santé. En plus d’augmenter la quantité de carbone qu’elles séquestrent et qu’elles stockent, cela produirait d’autres avantages pour l’environnement et la société, et améliorerait nos chances d’atteindre l’objectif fixé par l’accord de Paris.

Relevant Campaigns:
Relevant Work Areas: